C’est quoi le quoiromantisme ?

Rappels de notions de base sur l’aromantisme :

L’aromantisme est l’absence totale ou partielle d’attirance romantique.

Le terme aromantisme peut aussi désigner au sens strict uniquement l’absence totale d’attirance romantique mais est souvent utilisé au sens large, comme ici. L’absence partielle d’attirance romantique est plus spécifiquement appelée aromantisme gris (gray-aromanticism). Les personnes grises-aromantiques ressentent rarement de l’attirance romantique pour d’autres personnes ou la ressentent uniquement dans des conditions particulières.

L’aromantisme n’est pas une identité unique mais un spectre réunissant divers vécus. On parle de spectre aromantique. Habituellement, on représente ce spectre de façon linéaire, allant de « aromantique » (absence totale d’attirance romantique) à « alloromantique » (présence totale d’attirance romantique i.e. pas aromantique ni gris-aromantique).

Seulement, ce spectre donne l’impression que les personnes grises-aromantiques proches de l’extrémité alloromantique sont moins légitimes dans leur identité aromantique ou ne sont pas touchées par l’arophobie. En réalité, les personnes grises-aromantiques ont un vécu beaucoup plus proche des personnes « complètement » aromantiques étant donné la rareté ou la particularité de leur attirance. C’est pourquoi je préfère représenter le spectre aromantique comme étant indépendant de l’alloromantisme, comme sur l’image ci-dessous.

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.21.45

Description de l’image :
Fond vert et jaune.
Au milieu, une phrase dit « Est-ce que je ressens de l’attirance romantique pour autrui ? »
Une flèche légendée d’un « oui » part vers le haut et aboutit sur « Je suis alloromantique/ zedromantique, c’est à dire pas sur le spectre aromantique. »
Une flèche légendée d’un « non, ou rarement, ou dans certaines conditions » part vers le bas et aboutit sur « Je suis sur le spectre aromantique. »
Une accolade part de cette dernière phrase et englobe tout ce qui suit :
– Un triangle blanc sur lequel il y a écrit « ARO » et qui représente un prisme.
– Des traits de couleur qui en partent à la manière d’un spectre de lumière. Sur chacun des traits est écrit une légende et au bout de chaque trait est écrit l’étiquette correspondante.
*Non => aromantique
*Rarement ou dans certaines conditions => gris’e-aromantique 
*Après avoir formé un lien émotionnel => demiromantique

*Platonique ~= Romantique => quoiromantique » 

 

 

Les bases du quoiromantisme :

Le quoiromantisme est une forme d’aromantisme définit par l’impossibilité de classer ses attirances dans la dichotomie typique platonique/romantique (ici, le terme « platonique » est employé au sens « attirance sentimentale non-romantique » qui est habituellement attribuée aux relations amicales par exemple). Le quoiromantisme est en lui-même un spectre étant donné qu’il réunit une diversité de possibilités :

 

1. la personne ne ressent pas de distinction claire voire aucune distinction entre l’attirance platonique et romantique ;

 

2. la personne est incapable de faire la différence entre l’attirance platonique et romantique [attention à ne pas réduire le quoiromantisme uniquement à cette partie de la définition comme beaucoup de gens ont tendance à le faire, ce qui enlève la complexité de la signification de ce terme et va à l’encontre même de son sens tel qu’il a été définit par la personne à l’origine de ce terme, epochryphal] ;

 

3. le concept d’attirance romantique ne s’applique pas à la personne parce qu’elle ressent d’autres types d’attirances ou parce que la distinction entre platonique et romantique n’est pas pertinente pour elle ;

 

4. la personne ne comprend pas le concept même d’attirance romantique.

 

(Note : Evidemment, l’expérience du quoiromantisme est complexe et toutes ces possibilités ne sont pas incompatibles entre elles chez une seule personne, par exemple quelqu’un peut ne pas ressentir de distinction entre le romantique et le platonique justement parce qu’elles ressent d’autres types d’attirances, etc.)

 

La notion de quoiromantisme portait précédemment le nom de WTFromantisme (« WTF » pour « What The Fuck ») car les personnes quoiromantiques ont tendance à penser « WTF ? » quand elles se demandent ce qu’est l’attirance romantique. Il a néanmoins été jugé que l’acronyme était compliqué à prononcer et pas très classe ; c’est pourquoi le nouveau terme s’est directement inspiré du français « quoi ». Un autre terme pour quoiromantique est platoniromantique (issu de la contraction de « platonique + romantique »).

 

Il existe aussi d’autres identités qui peuvent être considérées comme faisant partie du spectre quoiromantique, telles que :

 

Nebularomantique [réservé aux personnes neuroatypiques !] :

– a des difficultés à dire si ce qu’iel ressent est de l’attirance romantique ou n’est pas sûr-e de ce qu’est l’attirance romantique et par conséquent ne sait pas s’iel la ressent, dû au fait d’être neuroatypique ;

– a des difficultés à dire s’iel ressent de l’attirance platonique ou romantique dû au fait d’être neuroatypique ;

– est quoiromantique dû au fait d’être neuroatypique.

 

Idemromantique : ressent l’attirance romantique et platonique de manière similaire ou identique mais catégorise son attirance comme romantique ou platonique selon des facteurs autres que ce qu’iel ressent (exemple : le type d’activités faites avec la personne, etc.)

 

Quasiromantique : décrit quelqu’un dont l’attirance est non-traditionnelle ou pour qui l’attirance est différente des crush [romantiques]. Cette attirance est par exemple un mixe entre platonique, romantique, esthétique, ou quelque chose de totalement différent et/ou elle implique d’autres aspects non-traditionnels.

 

BDjCfRxx_Oe34BRzgNMEIYbC4sI@500x300

Le drapeau quoiromantique

 

 

Comprendre le quoiromantisme avec l’analogie des couleurs :

 

Si vous n’êtes pas quoiromantique, les définitions données ci-dessus peuvent vous sembler obscures. Imaginez que l’attirance platonique est bleue et l’attirance romantique est rouge.

 

1. la personne ne ressent pas de distinction claire voire aucune distinction entre l’attirance platonique et romantique ;

Au lieu de voir d’une part du bleu et d’autre part du rouge, la personne quoiromantique voit une seule couleur issu du mélange des deux : du violet.

Alors que la majorité des gens ressentent une claire dichotomie entre platonique et romantique, ces deux attirances se confondent chez la personne quoiromantique et ne forment qu’une. Elle ressentira la même chose là où une personne alloromantique aurait ressenti d’un côté du platonique et de l’autre du romantique. Il n’y a pas de limite claire ou de distinction entre « ami-e proche » et « amoureuxe » dans ce cas en terme de ressenti pour la personne quoiromantique.

 

2. la personne est incapable de faire la différence entre l’attirance platonique et romantique ;

Il y a effectivement une différence entre le bleu et le rouge, mais la personne quoiromantique ne la perçoit pas ou n’arrive pas à dire la différence. Ca peut par exemple être dû au fait que la luminosité est très faible et que les deux couleurs apparaissent sombre sans qu’on puisse discerner plus que ça.

Ainsi, alors que la majorité des gens sont capables de faire la différence lorsqu’ils ressentent des sentiments platoniques et des sentiments romantiques, la personne quoiromantique ne pourra dire si elle ressent l’un ou l’autre.

 

3. le concept d’attirance romantique ne s’applique pas à la personne parce qu’elle ressent d’autres types d’attirances ;

Là où la majorité des gens des voient du rouge d’un côté et du bleu de l’autre, la personne quoiromantique ne verra ni du rouge ni du bleu mais du jaune – pouvant correspondre par exemple à l’attirance alternative [alterous], attirance qui n’est ni platonique, ni romantique.

 

4. la personne ne comprend pas le concept même d’attirance romantique. 

Si la personne ne comprend pas le concept d’attirance romantique, c’est comme si elle essayait de savoir si elle a déjà vu du rouge sans savoir à quoi ressemble le rouge. Peut-être que quelqu’un essaye de lui décrire ce qu’est du rouge, mais elle ne conceptualise pas ce que c’est car elle n’en a jamais vu de sa vie – ou en a déjà vu mais n’arrive pas à faire le lien entre l’explication théorique et ses souvenirs pratiques.

 

 

Pourquoi le quoiromantisme compte comme de l’aromantisme : 

 

D’un point de vue théorique :

 

1. Si tu vois du violet, ce n’est pas pareil que si tu vois du rouge. Donc si pour quelqu’un l’attirance romantique et platonique ne font qu’un, on n’est clairement pas dans un cadre alloromantique.

 

2. Si tu ne sais pas faire la différence entre le bleu et le rouge, ce n’est pas pareil non plus que de clairement identifier le rouge. Encore une fois, on est hors du cadre alloromantique et cette situation est très similaire à la précédente dans la pratique.

 

3. Si tu ressens du jaune, tu ne ressens pas du rouge. Il s’agit clairement d’une absence d’attirance romantique et on peut même classer cela comme de l’aromantisme total.

 

4. Si tu ne sais pas à quoi ressemble le rouge, ne sait pas si tu en as déjà vu et n’est pas capable de l’identifier, on est encore une fois clairement en dehors du cadre alloromantique.

 

Ainsi, le quoiromantisme peut être considéré par certaines personnes comme une sous-catégorie d’aromantisme total dans certains cas – c’est ainsi qu’il est possible de s’identifier aromantique (au sens strict) ET quoiromantique. Beaucoup le considèrent aussi comme difficilement plaçable sur spectre linéaire aromantique-alloromantique et le décrivent comme une identité hors de ce spectre – problème de classification qui ne se pose plus lorsqu’on représente le spectre aromantique autrement que comme un spectre linéaire aro-allo. Mais vous voyez l’idée, le quoiromantisme se range difficilement dans une catégorie précise d’aromantisme parce que c’est le principe même.

Quoiqu’il en soit, les personnes quoiromantiques vivent leurs attirances en dehors du cadre typique alloromantique, cadre qui présente une dichotomie platonique/romantique par définition. Les personnes quoiromantiques sont donc bien sûr concernées par ces questions d’amatonormativité et d’arophobie et font partie intégrante de la communauté aromantique.

 

 

Le quoiromantisme dans la pratique :

 

De manière générale, dans la pratique, les quoiro sont proches des personnes du reste du spectre aromantique en terme de relation et de rapport à la romance, même si elles peuvent avoir des particularités.

Notamment, les personnes quoiro vont souvent avoir du mal à savoir quel type de sentiments elles éprouvent pour quelqu’un. Je me souviens d’une personne quoiromantique qui connaissait un-e ami-e proche depuis 10 ans et était toujours incapable de savoir si elle éprouvait des sentiments romantiques ou platoniques pour iel. Si les alloromantiques peuvent parfois avoir du mal à savoir ce qu’iels ressentent pour quelqu’un, ça dure rarement aussi longtemps et iels finissent par y voir clair.

Les personnes quoiro vont aussi fréquemment renoncer à classer leurs sentiments en platonique vs romantique, voire ne pas essayer du tout car ce n’est pas applicable ni pertinent pour elles. Ne pas classer ses attirances selon une dichotomie sociale bien ancrée a forcément des impacts sur la façon de concevoir et vivre ses relations et ça peut fortement déplaire à l’entourage alloromantique et donc susciter des réponses hostiles. Typiquement, un-e partenaire alloro voudra clairement savoir si les sentiments éprouvés sont romantiques ou non et n’appréciera pas forcément d’être mis-e sur le même plan qu’un-e ami-e (surtout si cette personne est monoamoureuse d’ailleurs). De plus, une personne quoiro peut avoir tendance à plus valoriser ses relations non-romantiques qu’une personne alloro.

Les personnes quoiro peuvent être donc plus à l’aise dans des relations queer-platoniques par exemple, parce qu’il n’y a pas la question à se poser ; il y a de la place pour la « zone grise » dans ce type de relation, il y a plus de liberté pour ce qui ne rentre pas dans une case toute faite. C’est d’autant plus le cas si la personne ressent d’autres types d’attirances non-romantiques.

Il peut aussi être confortable pour une personne quoiro d’être anarchiste relationnelle [en très gros, c’est une forme de polyamorie dans laquelle il n’y a pas de hiérarchie entre les types de relations]. En effet, la hiérarchie classique entre platonique et romantique n’a clairement plus d’existence dans ce contexte.

Une personne quoiro peuvent tout de même décider de s’engager dans une relation romantique monoamoureuse, avec un-e partenaire alloromantique, même si elle ressent pour cette personne des sentiments identiques aux platoniques ou différents des sentiments romantiques habituels, ou si elle n’est pas sûre de ce qu’elle ressent.

 

Pour finir quelques courts témoignages quoiromantiques trouvés sur Tumblr en guise d’illustration :

« personne : « Est-ce que tu aimes quelqu’un ? »

moi : *STRESS QUOIRO* »

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.24.45

http://truereset.tumblr.com/post/117122291833/person-do-you-like-someone-me-quoiro

 

« Honnêtement, essayer séparer les sentiments entre « platonique » et « romantique », c’est comme essayer d’utiliser les mots « noir » et « blanc » pour décrire l’arc-en-ciel. »

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.25.20

http://shades-of-grayro.tumblr.com/post/144113634045/honestly-trying-to-separate-feelings-into

 

« Problème de quoiromantique : ne pas avoir d’expression en anglais pour dire quelque chose entre « je t’apprécie » et « je t’aime ». »

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.25.48

http://quoiromanticthings.tumblr.com/post/156041836816/quoiromantic-problems

 

« Donc mon orientation sexuelle et romantique peuvent en gros être décrites par la même phrase mais en mettant l’accent sur différents mots.

Je suis pansexuel-le parce que j’aime juste les gens.

Je suis quoiromantique parce que j’aime juste les gens.

Je ne peux pas expliquer pourquoi c’est si plaisant pour moi mais ça l’est. »

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.26.27

http://annajoyful.tumblr.com/post/109331906788/so-my-romantic-and-sexual-orientations-can

 

« *un-e ami-e m’envoie un coeur*

JE SUIS TROP QUOIRO POUR CA

*un-e ami-e m’embrasse la joue*

JE SUIS BEAUCOUP TROP QUOIRO POUR CA

*un-e ami-e m’appelle bébé*

JE SUIS VRAIMENT TROP PURIN DE QUOIRO POUR CA ET PUIS MERDE SALUT »

Capture d_écran 2018-09-09 à 15.27.04

http://winter-st0rms.tumblr.com/post/101115405096/friend-sends-me-a-i-am-too-quoiro-for-this

 

 

Conclusion :

Les personnes quoiromantiques vivent leurs attirances et leurs relations en dehors de la dichotomie traditionnelle platonique/romantique et à ce titre font partie intégrante de la communauté aromantique. Cette identité remet en question la dichotomie platonique/romantique comme étant universelle. La personne ayant définit ce terme le décrit même comme le fait de se désidentifier de la romance, de l’attirance romantique et de l’orientation romantique ou ressentir que ces catégories sont inaccessiblesinapplicables ou sans sens pour la personne concernée. On pourrait presque parler de désorientation plus que d’orientation.

 

Sources :

http://aromantic.wikia.com/wiki/Wtfromantic

http://arospecawarenessweek.tumblr.com/glossary

http://epochryphal.tumblr.com/post/106762907052/a-note-on-quoi

http://epochryphal.tumblr.com/post/112951589957/quoi-is-not-cant-tell

http://quoiromanticthings.tumblr.com

Publicités

Un commentaire sur “C’est quoi le quoiromantisme ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s