Genres en dehors de la binarité occidentale

Etre une femme ou un homme n’a pas la même signification à travers les cultures ni même à travers le temps dans une même culture (les rôles de genres changent et la signification de ces notions de genre évolue). En outre, le système de genre binaire homme/femme dont je parle souvent est un système occidental/blanc. En effet, il existe des systèmes de genres différents dans d’autres cultures et donc des genres différents spécifiques à certaines cultures. En outre, à cause de l’oppression binariste (définition ci-dessous), il existe également certains genres spécifiques aux personnes qui subissent le racisme. 

Dans cet article je ne ferai que donner des définitions que j’ai traduites de l’anglais car je ne suis pas concerné (je vous renvoie aux sources ou à des lectures supplémentaires si nécessaire). S’il y avait une erreur ou quelque chose de manquant, signalez-le moi J Il est fort probable que cette liste ne soit pas exhaustive. 

 

Note de vocabulaire importante avant de commencer : 

 

a)    Binarisme : « la destruction et l’effacement des identités de genres culturelles résultant du colonialisme européen, qui a forcé les personnes racisées (= subissant le racisme) à assimiler les rôles de genres binaires européens. Le binarisme est une forme d’oppression spécifique aux personnes racisées – mêmes les personnes racisées cisgenres en souffrent. »

Pour la discrimination des personnes non-binaires en général, les termes appropriés sont : invisibilisation/effacement des personnes non-binaires, enbyphobie, cissexisme et transphobie.

Source : http://lifeoutsidethebinary.com/glossary

Un article à lire sur la question : https://seinseya.wordpress.com/2016/04/12/decolonisons-le-genre-genre-et-post-colonialisme-comment-ces-mots-sont-ils-lies/

 

b)   Troisième genre/troisième sexe : ce terme a été défini par les colons blancs pour décrire les personnes racisées de genres différents (gender-variant) et intersexes (qui étaient respectées dans beaucoup de cultures non-occidentales). Il a été utilisé pour dégrader et aliéner ces personnes de leur société. C’est donc une insulte raciste que les blanc’hes ne peuvent pas se réapproprier.

Source : http://fandomstuckdiversity.tumblr.com/post/126285640678/afrosupremacy-westasiansoma-white-trans?is_related_post=1#notes

 

1.    Quelques genres spécifiques aux personnes subissant le racisme

 

  • Anti-binaire : une identité spécifique aux personnes racisées. Une identité de genre qui est en directe opposition ou non-affiliée à la binarité de genre occidentale.

Source : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1OD9HPbK5g4lJSoD9e4x5uYGlEE3rZCDsiKEAj8kIuFQ/edit#gid=0 

 

  • Qirl/boi : identités spécifiques aux personnes noires qui sont similaires à fille (girl) et garçon (boy) mais impliquent une séparation délibérée de la binarité de genre occidentale.

Source : https://pride-flags.deviantart.com/art/Qirl-664036203

 

  • Nullagenre : une personne qui s’identifie sans-genre car la binarité de genre occidentale lui a été imposée.

 Source : https://pride-flags.deviantart.com/art/Nullagender-693828444

 

  • Biexgenre : une identité de genre exclusive aux personnes métisses. Quelqu’un qui est biexgenre ressent deux identités de genres, soit en mélange soit de manière fluide, qui sont exclusives à ses cultures.

Source : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1OD9HPbK5g4lJSoD9e4x5uYGlEE3rZCDsiKEAj8kIuFQ/edit#gid=0

 

2.    Les genres spécifiques de certaines cultures à travers le monde

 

Sauf si précisé, les termes qui vont suivre proviennent de la source suivante : http://nonbinary.org/wiki/Gender-variant_identities_worldwide#Third_gender

 

*AFRIQUE

  • Sekhet : En ancienne Egypte (2000-1800 avant JC), il y avait 3 genres : homme, sekhet et femme. Sekhet est habituellement traduit par « eunuque » mais c’est probablement une simplification de ce que cette catégorie de genre ça signifiait. Il se peut aussi que cette catégorie comprenne des hommes cis gay, dans le sens où ils n’avaient pas d’enfants, et cela ne signifiait pas forcément que la personne était castrée.
  • En Egypte sous le Sultanat Mamluk (1200-1700), des enfants masculins afab pouvaient être élevés comme des hommes.
  • Mino : Au Bénin durant le Royaume de Dahomey, les Mino étaient des guerriers afab masculins.
  • Ashtime : En Ethiopie, les Maale avait un rôle de genre appelé Ashtime pour les amab eunuques qui vivaient en femmes et c’est ensuite devenu un terme parapluie pour tous les amab non-conformes dans le genre.
  • Sekrata : à Madagascar, chez les Sakalava, les Sekrata étaient analogues aux femmes trans.

 

*AMERIQUE

  • Two-spirit (Deux-esprit) : Les sociétés natives nord-américaines reconnaissaient 3 à 5 genres basés sur la spiritualité. Two-spirit est un terme parapluie adopté en 1990 durant le 3e conférence annuelle gay/lesbienne intertribale Native Américaine à Winnipeg dans le but d’avoir un terme commun à toutes les tribus. Two-spirit désigne généralement un genre culturel spécifique pour une personne ayant à la fois un esprit masculin et féminin ou un équilibre différent des caractéristiques masculines et féminines habituellement observées chez les hommes masculins et les femmes féminines.

Chaque tribu a aussi ses termes spécifiques pour leurs genres. Par exemple :

– Ninauposkitzipxpe (femme au cœur d’homme) : des personnes afab ayant un rôle de genre différent de femme ou homme reconnues par la confédération des pieds-noirs (Blackfoot Conferedacy).

– Winkte : personnes amab ayant un rôle de genre de femme reconnues par les Lakota

– Les Navajo reconnaissent les Nadleehi (personnes amab et féminines) et Dilbaa (personnes afab masculines).

 

Vous pouvez trouver ici une liste plus complète en anglais :  http://nativeout.com/twospirit-rc/two-spirit-101/two-spirit-terms-in-tribal-languages/ )

Pour en savoir plus sur l’histoire des two-spirit (article en français) : https://labodecolonial.wordpress.com/2016/06/17/deux-esprits-un-coeur-cinq-genres/

Sources http://gender.wikia.com/wiki/Two-Spirit ; https://en.wikipedia.org/wiki/Two-Spirit

 

  • Muxe : personnes amab féminines reconnues par les Zapotec (Mexique). Ce terme inclut aussi les hommes gays.
  • Quariwarmi : un rôle de genre non-binaire mixte qui était reconnu par les Incas au Pérou avant la colonisation.

 

*ASIE ET MOYEN-ORIENT

  • Hijra : En Inde, au Pakistan et au Bengladesh, les Hijra sont des personnes amab avec une expression de genre féminine (tradition très ancienne). Elles sont légalement reconnues comme un genre différent de femme et homme.
  • Les bugis en Indonésie ont 5 genres :

         –  Oroané : homme cis

         –  Makkunrai : femme cis

         –  Calabai : analogue à femme trans

         –  Calalai : analogue à homme trans

         –  Bissu : tous les genres

  • X-gender : une identité transgenre non-binaire au Japon.
  • Yinyang ren : en Chine, une personne qui a une quantité équivalente de yin (féminin) et yang (masculin). Peut signifier non-conforme dans le genre, bisexuel’le, ou encore transgenre ou intersexe.
  • Köçek : des personnes amab féminines en Turquie durant l’Empire Ottoman au 17esiècle.
  • Xanith : en Oman, ce sont des personnes amab avec une expression de genre partiellement féminine.
  • Metis : au Népal, ce sont des personnes amab avec une expression de genre féminine.
  • Acault : en Myanmar, ce sont des personnes amab avec une expression de genre féminine.
  • En Sibérie, le peuple lygoravètlan/louoravètlan (tchouktches) a des shamans qui ont un genre non-binaire, généralement des personnes amab féminines.
  • En Iraq, les anciens Sumériens avaient plusieurs sortes de prêtrises non-binaires appelés Assinnu, Kurgarru et Kalaturru.
  • Bacha posh (signifiant « habillé’e comme un garçon ») : en Afghanistan et au Pakistan, il y a une tradition centenaire dans laquelle une famille sans fils choisit une fille pour l’élever comme un garçon ou un rôle de genre intermédiaire. A l’âge du mariage, l’enfant doit changer pour un rôle de genre de femme.
  • Mukhannathun (« ceuxe qui sont efféminés, homme qui ressemble à une femme ») : dans les écritures Arabes classiques, c’étaient des personnes amab similaires à des femmes trans ou des hommes gay très efféminés.

 *AUSTRALIE ET OCEANIE 

  • Les Aborigènes de Queensland (Australie) et les indigènes du Détroit de Torres reconnaissent des identités appelés sistergirl (« sœur-fille ») (analogue à femme trans) et brotherboy (« frère-garçon ») (analogue à homme trans).
  • Yimpinni (sistagirl) : dans les îles Tiwi, une identité analogue à femme trans.
  • Fa’afafine : dans les îles Samoa, ce sont des personnes amab avec une expression de genres féminines qui ne se considèrent ni femmes ni hommes.
  • En nouvelles Zélande, la culture Maori reconnaît les identités transgenres appeléesWhakawahine (féminine et amab) et Wakatane (masculin et afab).
  • Māhū : une identité de genre ni homme ni femme Hawaiienne et Tahitienne (qui ne peut être utilisé que par les personnes de ces cultures).

 

*EUROPE

  • Burrnesha (sworn virgins = vierges jurées) : en Albanie, ce sont des personnes afab avec une expressions de genre masculine et un rôle de genre masculin. Cette tradition remonte au moins à 1400 et est toujours pratiquée.
  • Femminello (petit’e homme-femme) : en Italie, ce sont des personnes amab avec une expression de genre féminine.

 

*PLUSIEURS REGIONS

  • Gallae : ce sont des personnes amab eunuques qui étaient analogues aux femmes trans. Leur origine est en Turquie avec une expansion en Europe, il s’agit de beaucoup des anciennes prêtresses de la déesse Cybele. Aujourd’hui, certain’es fidèles de Cybele s’appellent Gallae.
  • Dans la culture juive, on trouve également des termes relatifs à la non-binarité/l’intersexuation :

Androgynos : une personne qui a des caractéristiques à la fois féminines et masculines.

Tumtum : une personne dont les caractéristiques sexuelles sont indéterminées ou obscures.

Ay’lonit : une personne qui a été identifiée femme à la naissance mais a développé des caractéristiques masculines à la puberté et qui est infertile.

Saris : une personne qui a été identifiée homme à la naissance mais qui développe des caractéristiques féminines à la puberté et/ou n’a pas de pénis. Un saris peut être « naturellement » saris (saris hamah), ou devenir saris après une intervention humaine (saris adam).

Source : http://www.transtorah.org/PDFs/Classical_Jewish_Terms_for_Gender_Diversity.pdf

 

Et voilà, on a fait le tour des définitions que j’aies trouvé 🙂

4 commentaires sur “Genres en dehors de la binarité occidentale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s