Les relations queerplatoniques peuvent être abusives

Article court, temps de lecture : environ 5 min

Avertissement : relations abusives

   

Les relations queerplatoniques (RQP) sont des relations qui vont au delà du cadre amical normatif, elles existent en dehors de la dichotomie amitié/romance. C’est un large éventail de relations différentes où les personnes impliquées mettent un peu les ingrédients qu’elles veulent : vivre ensemble ou pas, avoir du sexe ou pas, avoir des enfants ou pas, se faire des câlins ou pas, etc. Il n’y a pas une seule forme de RQP, il y en a une multitude. Le seul point commun à toutes ces relations est de « queeriser » le platonique, c’est-à-dire aller au delà des normes. Cette forme relationnelle alternative qu’est la RQP a été conceptualisée par la communauté aromantique (une personne aromantique est une personne qui n’éprouve pas d’attirance romantique).

Dans la communauté aromantique, on a tendance à dépeindre les RQP comme quelque chose de forcément génial, n’ayant aucun défaut possible. On porte souvent dessus un regard un peu bisounours. Mais les RQP, comme toute relation, peuvent être abusives…

Les relations non-romantiques sont moins prises au sérieux en général à cause de l’amatonormativité (1), alors la société peut avoir tendance à se dire que c’est moins grave. Ça n’est pas moins grave. De plus, comme les relations queerplatoniques sont souvent moquées à cause de l’arophobie (2), la communauté aro peut être réticente à aborder ce sujet compliqué de peur de donner une mauvaise image des relations queerplatoniques.

Et c’est pourtant important d’en parler, sans quoi des personnes aro se retrouvent coincées sans reconnaître la dimension abusive de leur relation ou ne se sentent pas légitimes d’en parler ou de partir.

   

J’ai eu une RQP abusive qui a duré un an lorsque j’étais adolescent. Il ne respectait pas mes limites et mon consentement. Il me faisait du chantage au suicide. J’avais le sentiment de ne pas avoir le droit de dire non, de peur de ce qui pourrait se passer. Il m’a fait douter de mon sens des réalités, en se positionnant en victime et en m’accusant d’être le problème. Je savais plusquoi penser et si ce que je ressentais était légitime. J’avais peur de ne pas être pris au sérieux si j’en parlais car ça n’était pas une relation romantique ; j’avais peur qu’on me dise que j’exagère, que je faisais des enfantillages.

Puis un jour j’ai eu le déclic et je suis parti. Mais cela m’a hanté longtemps après. J’avais des flashbacks.

   

Et je ne suis pas la seule personne ayant été victime d’une relationqueerplatonique abusive. Si c’est votre cas, vous êtes légitimes, vous avez le droit d’en parler, d’être aidés, de partir.

Je le répète, toute forme de relation peutêtre abusive que ce soit une relation amicale, queerplatonique, romantique, familiale, etc.

  

  

(1) amatonormativité : système social oppresif qui privilégie les relations romantiques et lespersonnes éprouvant de l’attirance romantique ; l’amatonormativité dépeint la romance comme étant la norme pour l’ensemble des êtres humains.

(2) arophobie : l’oppression contre les personnes aromantiques qui découle de l’amatonormativité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s