Les orientations relationnelles

Article court ; temps de lecture : environ 5 min.

 

Une orientation relationnelle décrit la structure relationnelle qui convient à une personne. Par exemple, une personne polyamoureuse a la capacité d’avoir plusieurs partenaires en même temps, de façon consensuelle et éthique (ce n’est donc pas de l’infidélité puisque les partenaires sont au courant et d’accord). Au contraire, une personne monoamoureuse a la capacité d’avoir un-e seul-e partenaire de façon exclusive.

Le terme d’ « orientation relationnelle » est construit selon le même principe que les termes « orientation sexuelle » et « orientation romantique » (qui décrivent le pattern d’attirances sexuelle et/ou romantique d’une personne pour un, plusieurs ou aucun genre(s)). L’orientation relationnelle est concept que tout le monde n’utilise pas ; les gens qui le font estiment en général que leur orientation relationnelle n’est pas un choix mais simplement ce qui leur est naturel, tout comme leur orientation sexuelle et romantique. Pour certain-e-s, leur orientation relationnelle est même liée à leur orientation sexuelle et/ou romantique, comme j’ai déjà pu l’expliquer dans l’article intitulé « ace, aro et polya : qu’avons-nous en commun ? » que je vous laisse aller lire si ce n’est déjà fait (avant ou après avoir lu cet article, peu importe).

 

Dans cet article, je voudrais surtout présenter des concepts ayant rapport avec l’orientation relationnelle, et donc du vocabulaire et des définitions. Je conceptualise l’orientation relationnelle en trois grandes catégories :

 

  • La nonamorie : une personne nonamoureuse n’a pas la capacité d’avoir un-e partenaire intime. Elle ne désire pas de partenaire intime. Les personnes nonamoureuses sont souvent des personnes aromantiques, c’est-à-dire une personne qui ne ressentent pas d’attirance romantique / qui ne sont attirées romantiquement par aucun genre. Certaines personnes aromantiques désirent un-e ou des partenaires, souvent queerplatoniques, c’est-à-dire au delà des conventions amicales habituelles tout en étant non-romantiques. D’autres, comme les personnes aromantiques nonamoureuses, ne désirent pas de partenaire. La nonamorie est à ne pas confondre avec le célibat, qui lui peut être choisi et temporaire (une personne célibataire peut se mettre en couple plus tard, ou peut l’avoir choisi pour des raisons personnelles, religieuses par exemple).
Drapeau nonamoureux

 

  • La monoamorie : une personne monoamoureuse a la capacité d’avoir un-e seul-e partenaire à la fois, de façon exclusive. Elle ne désire qu’un-e seul-e partenaire. C’est le cas le plus fréquent et qui constitue la norme sociale, que l’on appelle mononorme.

 

  • La polyamorie (ou le polyamour) : une personne polyamoureuse a la capacité d’avoir plusieurs partenaires simultanément, de façon éthique et consensuelle. Comme déjà expliqué précédemment, tout le monde est au courant et d’accord, il ne s’agit donc pas d’infidélité, on ne trompe pas san partenaire en étant polyamoureuxe.
Drapeau polyamoureux

  

Comme vous pouvez le constater, j’ai choisi de formuler ces définitions en utilisant l’expression « a / n’a pas la capacité de… » En effet, une personne monoamoureuse qui est célibataire à un instant T est toujours monoamoureuse ; une personne polyamoureuse célibataire à un instant T est elle aussi toujours polyamoureuse ; une personne polyamoureuse qui n’a qu’un seul partenaire à un instant T est, vous l’aurez compris, toujours polyamoureuse. On parle bien de la capacité, des désirs de la personne et non pas de la description de la structure relationnelle dans laquelle elle se trouve à un instant donné. De la même manière, une personne gay célibataire est toujours gay et une personne bi en couple avec une personne du genre opposé est toujours bi.

De même, il est important de souligner que les suffixe en –amorie/-amoureuxe peuvent porter à confusion. En effet, l’amour n’est pas seulement romantique et ces structures relationnelles peuvent donc aussi s’appliquer à des relations intimes non-romantiques : sexuelles, queerplatoniques… Une personne aromantique peut donc être polyamoureuse.

 

La polyamorie est un éventail large de possibilités. C’est pourquoi il existe de nombreux termes qui lui sont rattachés :

 

  • L’ambiamorie : une personne ambiamoureuse a la capacité d’avoir un-e ou plusieurs partenaires, elle se sent aussi bien dans des relations exclusives que dans des relations non-exclusives. Si on définit la polyamorie comme je l’ai fait comme étant la capacité à avoir plusieurs partenaires, cette orientation relationnelle rentre dans le parapluie des polyamories. En revanche, on peut aussi la voir comme étant entre la monoamorie et la polyamorie sur un spectre de variation.

 

  • La polyflexibilité : une personne polyflexible est une personne polyamoureuse qui a également la capacité d’être dans une relation exclusive. Ce concept est très similaire à celui de l’ambiamorie. Personnellement, comme il commence par « poly » contrairement à l’ambiamorie, je dirais que la nuance se situe dans l’identification avec la communauté polyamoureuse et que les personnes polyflexibles penchent plus du côté « poly » que du côté « mono ». Si on fait un parallèle avec les orientations sexuelles, l’ambiamorie serait la bisexualité et la polyflexbilité serait l’homoflexibilité. Après ce n’est que ma perception des nuances sémantiques entre ces deux mots, vous pouvez les interpréter différemment, j’ai  aussi vu des définitions où la polyflexibilité était exactement la même chose que l’ambiamorie.  

 

  • La polyfidélité : la polyfidélité décrit une structure polyamoureuse dans laquelle les membres du groupe relationnent tous ensemble mais pas avec d’autres gens, ils sont en quelques sortes dans une relation exclusive mais à plus que deux. Cette structure comporte plusieurs possibilités selon le nombre des partenaires : le trouple ou triade est à trois, la quade est à quatre, etc.

 

  • La solopolyamorie : une personne solo-poly est une personne polyamoureuse qui reste indépendante de ses partenaires. Elle va souvent choisir d’habiter seule par exemple.

 

  • Le polyplatonisme : une personne polyplatonique est une personne aromantique et polyamoureuse qui a la capacité d’avoir plusieurs partenaires queerplatoniques.
Drapeau polyplatonique

  

  • L’anarchie relationnelle : l’anarchie est le contraire de la hiérarchie. Ainsi, les anarchistes relationnels ne hiérarchisent pas leurs partenaires entre elleux ni les types de relations (romantiques, sexuelles, platoniques…) Les relations sont libres d’évoluer spontanément et un certain nombre d’anarchistes relationnel-les n’étiquettent pas/plus leurs relations (couple, ami-e, etc.) L’anarchie relationnelle cherche à favoriser l’autonomie de chaque personne. Par définition, une personne anarchiste relationnelle sort du cadre de la mononorme puisqu’elle peut avoir plusieurs partenaires à la fois. De plus, ne pas hiérarchiser ses relations fait éclater l’amatonormativité (la norme de l’amour romantique qui considère la romance comme supérieure à l’amitié). Ainsi, la monoamorie n’existe plus dans le cadre de l’anarchie relationnelle où les cases sont éclatées. [Note : le contraire de l’anarchie relationnelle dans la polyamorie est dit polyamorie hiérarchique ; les gens définissent alors souvent un partenaire primaire et un/des partenaire(s) secondaire(s) voire un/des partenaire(s) tertiaire(s)].
Drapeau anarchiste relationnel

 

  • La fluidité relationnelle : c’est la capacité de laisser évoluer ses relations spontanément, sans cadre prédéfini. Ce concept est très proche de l’anarchie relationnelle mais sans le terme d’anarchie qui gênaient certaines personnes n’étant pas politiquement anarchistes.

 

Le message à retirer de cet article, c’est qu’il existe une multitude de structures relationnelles possibles au delà du traditionnel couple monoamoureux. La monoamorie et la polyamorie ne forment pas non plus une dichotomie complète ou une binarité puisque certaines personnes sont à l’aise dans ces deux types relationnels.

 

Sources :

https://www.morethantwo.com/polyglossary.html

https://www.askpolyamory.com/home/2019/1/7/i-can-see-myself-happy-in-a-polyamorous-or-monogamous-relationship-what-does-that-mean?fbclid=IwAR0uI5DAU_frhMm0GaL5uHJuYqVrM4pOYfiytPuYz7d4jQCFaxqrA6SOybs

https://www.askpolyamory.com/home/2017/8/19/x7hvio5nk5vl2om8goq1cld0x4m00y

https://polyamour.info/-cV-/L-anarchie-relationnelle-en-huit-points/

Publicités

Un commentaire sur “Les orientations relationnelles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s