Les violences obstétricales pendant la crise sanitaire

Parlons des violences obstétricales pendant la crise sanitaire (TW) :

D’abord un peu de contexte. La situation des personnes enceintes et qui ont accouché récemment n’était déjà pas très reluisante en temps normal. Les grossesses et accouchements à bas risques sont surmédicalisés, avec multiplication de gestes invasifs, inutiles et souvent non consentis ayant un impact physique et psychologique non négligeable (épisiotomies, touchés vaginaux à répétition, imposition d’une position d’accouchement gynécologique, etc.) Je vous conseille par exemple la BD d’Emma sur l’épisiotomie pour avoir une idée plus détaillée de la question. Bref, les suites de couches ne sont guère mieux : le capitalisme et la monogamie a isolé les gens en familles nucléaires au mieux, en familles monoparentales au pire, donc souvent la personne ayant accouché n’a pas l’aide communautaire dont elle aurait besoin. Par dessus le marché, le congé de paternité ne dure que 11 jours. 11 ridicules jours. Les hommes au travail et les femmes à la maison pour élever les enfants ? Ça envoie un clair message d’exclusion des pères de leurs responsabilité parentale (ça concerne aussi des conjoint-es dans les couples queers qui ne sont pas des hommes mais ça les vise en majorité). Le congé postnatal n’est pas non plus très glorieux : 10 semaines. Il faudrait qu’en 10 petites semaines le corps se soit remis de 9 mois de grossesse, un accouchement et un nouveau rythme avec un nourrisson. Il faudrait qu’un tout petit bébé de 2 mois et demi soit séparé de ses parents et mis à la crèche toute la semaine… Tout cela est malheureusement un terreau très propice aux dépressions post partum. 
Bon, je pourrais en écrire des tartines mais vous avez l’idée. Passons à la crise sanitaire et comment celle-ci exacerbe cela.

Les conjoint-es ne sont plus acceptés en suites de couches dans de nombreuses maternités. La personne venant d’accoucher doit donc gérer seule l’arrivée au monde de son bébé et les bouleversements physiques et psychologiques. Pire encore, certaines maternité refusent la présence des conjoint-es en salle de naissance. Certaines personnes vont donc devoir accoucher seules. Ce contexte est déjà en lui même extrêmement traumatisant, alors même que le collège des gynécologues obstétriciens a publié des recommandations incitant à accepter les conjoint-es en salle de naissance et que l’OMS va également en ce sens. Mais on sait également que l’absence d’une personne accompagnant en salle de naissance ouvre la porte à plus de violences obstétricales car la personne est alors plus vulnérable, surtout avec le personnel débordé et pressé (qui l’était déjà avant la crise mais l’est encore plus). Le patriarcat ne laissera donc pas indemne en ce temps de crise sanitaire : stress post traumatiques, troubles anxieux, dépression post partum, … Une fois de plus la santé des femmes, des personnes trans, est négligée. 

Il faut en parler pour inciter les maternités récalcitrantes à s’organiser pour mettre en place des protocoles assurant la présence d’une personne accompagnante en salle de naissance tout en limitant la contamination au covid19. Car oui cela est possible (en gros pas de sorties de la salle de naissance durant toute la durée de l’accouchement). Les femmes et autres personnes accouchant n’ont pas à subir autant de violences.


OMS : « Pour une expérience positive et sans risque de l’accouchement, il faut:

Recommandations du collège des gynécologues obstrécien-nes : « Le CNGOF recommande d’accepter l’accompagnant en salle de naissance à partir de la phase active de travail, sans possibilité de va et vient. Les gestes barrière sont reprécisés à l’entrée de la salle de travail. L’accompagnant peut rester dans la salle dans les deux heures qui
suivent l’accouchement. » http://www.cngof.fr/component/rsfiles/apercu?path=Clinique%2Freferentiels%2FCOVID-19%2FMATERNITE+-+COVID%2FCOVID-accompagnants-accouchement.pdf&i=35660&fbclid=IwAR2K943czoEH5L6i0pTaOpFlaUMt25gR71knMzGNCwOtraw3XKomd-2m5c8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s